Le Travail en journée au JT de France 2 !

Un reportage sur le Travail en journée dans l’édition du 14 mai 2018 du JT de France 2.

Travail de nuit : le rythme difficile des agents de propreté

 

Les personnels d’entretien travaillent souvent à des horaires décalés. Le secteur emploie 400 000 salariés, en grande majorité des femmes. Ne serait-il pas plus simple et plus humain de regrouper leurs heures en journée ? Certains pays l’imposent.

 

 

 

 

 

Des nouvelles du premier dispositif d’accompagnement collectif pour le travail de propreté en journée sur la métropole de DIJON

Le premier dispositif d’accompagnement collectif qui avait démarré au premier trimestre de l’année 2017 vient de voir ses derniers entretiens individuels entre binômes avec la consultante et sur site s’achever. La dernière session en collectif se déroulera le 17 janvier matin à L’Holiday Inn, à la Toison d’Or, lieu habituel de nos rencontres collectives pendant ce dispositif.

Certains des donneurs d’ordre sont également engagés dans la dynamique territoriale et ont d’autant plus confirmé les enjeux de cette démarche qui renforce les liens coopératifs avec leurs prestataires partenaires.

La démarche se déploie et un nouveau dispositif est déjà en préparation au cours du premier trimestre 2018. Pour tous renseignements, contacter Sabine HERRGOTT, déléguée régionale pour le FARE PROPRETE à l’adresse mail suivante : sherrgott@fare.asso.fr

Propreté en journée à PESSAC : les entreprises de propreté rejointes par leurs clients le 6 décembre

Le 21 novembre, les entreprises de propreté s’étaient déjà réunies pour le lancement du deuxième dispositif d’accompagnement collectif pour l’expérimentation du travail de propreté en journée. Le 6 décembre dernier, ce sont leurs clients et donneurs d’ordre qui les rejoignaient pour la session 2. Bénédicte LAUDOUAR, déléguée régionale du FARE PROPRETE, nous accueillait dans les nouveaux locaux des métiers de la propreté de PESSAC, inaugurés à l’automne.

C’est dans un esprit de convivialité que les participants se sont appropriés les étapes et outils pour mener à bien les premiers diagnostics, mais c’est également un groupe studieux qui a partagé les réflexions et pratiques des uns et des autres. Les binômes ont posé les premiers axes de leur future coopération. La matinée était animée par Brigitte HERMOUET, consultante. Les binômes seront suivis sur site en janvier et février et auront plaisir à se retrouver le 7 mars matin dans les mêmes locaux.

 

Travail de propreté en journée, les acteurs territoriaux de Bourgogne invitent les entreprises de propreté à partager les prospectives à venir

Ravis du succès de l’événement du 5 juillet dernier, qui rassemblait en nombre à DIJON METROPOLE, autour du sujet concernant les enjeux des prestations de propreté en journée, les acteurs du territoire ont invité le 8 novembre, en soirée,  les entreprises de propreté à co-construire la démarche de déploiement en BOURGOGNE pour les années à venir.

Nous étions accueillis à La Closerie, à DIJON, institution de la gastronomie autour d’un œnologue confirmé afin de poser ensemble notre démarche prospective et objectifs pour 2018 et au-delà. La convivialité était de mise, et le cadre de dégustations des vins réputés de Bourgogne était posé, mais l’ambiance de travail n’a pas été édulcorée pour autant.

C’est ainsi que chacun s’est quitté en ayant confirmé un renforcement des coopérations pour une mise en œuvre des travaux dès le premier trimestre 2018.

 

Les ateliers de sensibilisation à l’innovation dans l’Est

Après le lancement du premier atelier de sensibilisation à l’innovation organisé à Strasbourg en mai dernier, co-animé par Claire PERRIER et Brigitte HERMOUET, consultantes, c’était au tour de la ville de DIJON d’accueillir en automne dernier le premier atelier consacré à l’innovation, organisé par Sabine HERRGOTT déléguée régionale du FARE, co-animé par Sandro de Gasparo et Brigitte HERMOUET.

Au-delà de la perception de ce que représente l’innovation en général, c’est à travers l’innovation servicielle, et plus particulièrement dans le secteur de la propreté, et 3 autres domaines déterminants pour faire évoluer son modèle économique et créateur de valeur,  que les participants ont pu échanger et travailler durant cette matinée.

Ces premières approches pourront se poursuivre au travers d’autres ateliers que le FARE PROPRETE proposent aux entreprises de propreté et une bonne partie des participants ont déjà confirmé leur intérêt pour ceux-ci : les ateliers de la relation client et le dispositif d’accompagnement collectif pour la propreté en journée.

Vous vous intéressez à l’innovation dans votre secteur ?

Vous êtes intéressé vous-même par les autres ateliers et souhaitez avoir plus de précisions ? Contactez Sabine HERRGOTT sur son adresse mail : sherrgott@fare.asso.fr

Une journée nationale Travail en journée à l’occasion des 10 ans de la charte nantaise

Les premières rencontres nationales sur le travail en journée/ en continu se dérouleront à Nantes le 22 novembre 2017.

Les rencontres nationales sur le thème du travail en continu/en journée dans le secteur de la propreté se tiendront le mercredi 22 novembre de 14h à 17h à Nantes (espace TITAN, 21 quai des Antilles). Organisées à l’initiative de la FEP Ouest et de ses partenaires, avec le soutien de la FEP et du Fare Propreté, cet événement réunira entreprises de propreté, donneurs d’ordres, salariés et bénéficiaires des services de propreté, ainsi que différents experts. Son objectif est de faire un retour sur tout ce qui a été entrepris depuis le lancement des premières démarches territoriales il y a 10 ans, pour promouvoir le travail en continu/en journée dans le secteur de la propreté. Cette question est un enjeu social majeur pour la Branche. Elle constitue aussi une occasion de développement économique pour les entreprises de propreté en modifiant la relation avec les donneurs d’ordres et la nature des prestations.

Outre les témoignages de différents acteurs engagés, les résultats de plusieurs études qualitatives et quantitatives réalisées pour l’occasion seront présentés, et permettront d’envisager avec l’ensemble des parties prenantes les perspectives. Une ouverture internationale sera également faite au travers de témoignages sur la question du travail en journée en Europe.

Atelier Innovation & Nouveaux modèles économiques à Lyon

Le 3 octobre 2017 s’est tenu dans les locaux de la délégation régionale du Fare Propreté le premier Atelier Innovation & Nouveaux modèles économiques dans la région Rhône-Alpes, proposé par la branche aux entreprise de propreté souhaitant s’engager dans une réflexion sur leur modèle professionnel et économique.

L’atelier, animé par Brigitte HERMOUET et Sandro DE GASPARO, a été l’occasion de :

  • s’accorder sur une définition de l’innovation, non limitée à la technique mais attentive aux dimensions sociales et organisationnelles,
  • identifier les limites du modèle actuel et des évolutions pilotées par des enjeux concurrentiels qui réduisent la valeur et dégradent l’image du métier,
  • présenter des leviers d’un nouveau modèle fondé sur la reconnaissance du travail des différents acteurs (bénéficiaires, agents, responsables client et DO),
  • discuter des sites possibles à donner pour s’engager dans une démarche innovante.

Plusieurs entreprises ont participé à l’atelier et les échanges ont fait émerger des propositions originales et le souhait de poursuivre la réflexion.

Rendez-vous est pris en 2018 pour la mise en place d’un accompagnement collectif !

Pour plus d’informations, contacter Blandine Nosjean (b.nosjean@fare.asso.fr), déléguée régionale du Fare Propreté.

Lyon : lancement d’un accompagnement avec GRANDLYON la métropole

Le 27 septembre 2017 a été lancée la démarche d’accompagnement de GRANDLYON la métropole et de l’entreprise MJCM Propreté pour étudier la faisabilité du passage en Travail en journée des prestation de propreté d’un bâtiment d’activités tertiaires.

Après une première phase de diagnostic, fondé sur une évaluation de la prestation actuelle auprès des différents acteurs (entreprise, métropole, agents de propreté et bénéficiaires) et une étude de l’usage et des rythmes des espaces de travail, qui permettra de vérifier l’intérêt du passage en journée et les modalités pratiques (calendrier et organisation cible), une phase de transition sera engagée.

L’ensemble du projet et piloté par un groupe réunissant le dirigeant et la responsable du site de l’entreprise MJCM et les responsables des services de la métropole. Les agents de la métropole et les agents de propreté intervenant sur le site seront également consulté, par questionnaire et entretiens, afin de les informer, de recueillir leurs avis et leurs suggestions.

Les résultats du diagnostic sont prévu pour début 2018 !

Pour plus d’info : Sandro De Gasparo, animateur du dispositif (s.degasparo@atemis-lir.com) ou Blandine Nosjean (b.nosjean@fare.asso.fr), déléguée régionale du Fare Propreté.

 

Vidéo : Cleaning bio et ses clients promeuvent le travail en journée

Le groupe Cleaning bio, (4 structures, 250 salariés), promeut le travail en journée comme une modalité au service de la qualité de vie et de travail de ses salariés. Une courte vidéo en rend compte.

Mercredi 5 juillet 17 : une étape dans la démarche territoriale bourguignonne « propreté en continu / en journée »

Ce 5 juillet, le siège de Dijon Métropole a accueilli plus de 80 participants, parmi lesquels la Préfète de la Région Bourgogne Franche Comté et le directeur général de la FENI pour participer à une journée d’échanges sur le travail en continu / en journée. Un temps qui clôt une première étape de 18 mois pleinement réussie et ouvre sur la poursuite de la démarche territoriale.

Au départ, comme le rappelle Océane CHARRET GODARD, Présidente de Créativ’ (Ex : maison de l’emploi et de la formation), une volonté commune de Créativ’, de la Métropole de Dijon, de la FEP Grand-Est et du Fare Propreté qui ont souhaité ensemble constituer un groupe territorial regroupant des donneurs d’ordres publics, privés et des entreprises de propreté sur le sujet du travail en continu / en journée.

L’enjeu commun se décline en une question : comment sécuriser les parcours professionnels de femmes, d’hommes, agents de propreté, tout en garantissant un service de qualité ? « Nous avons une responsabilité collective sur ce sujet. » conclut la Présidente.

Il y a de cela maintenant un an et demi, Brigitte HERMOUET a été sollicitée pour aider à l’animation de ce groupe territorial et à l’organisation d’une manifestation d’envergure régionale. La Métropole et Créativ’ ont mobilisé les acteurs institutionnels, la branche a incité un ensemble d’entreprises de propreté à s’engager.

Parallèlement à ce comité territorial, un dispositif d’accompagnement d’un premier ensemble de prestataires (Entretien dijonnais, GSF, ONET,…) et de donneurs d’ordres, (parmi lesquels Seb, La Poste, la Préfecture) a été mis en place par le Fare Propreté pour réaliser un diagnostic, imaginer et mettre en œuvre une nouvelle organisation favorisant la continuité, le travail en journée. Le dispositif est une des ressources proposées par la branche à ses adhérents et à leurs clients.

En ouverture des échanges, Chantal TROUWBORST, élue de la ville et de la Métropole de Dijon a invité les participants à être attentifs à la diversité des dimensions / enjeux qui sont abordés au travers de cette question. En écho, la Préfète a rappelé que le soutien et la participation de l’Etat sont motivés notamment par l’objectif d’emploi (lutte contre les difficultés de recrutement), et le levier que représente le travail en continu / en journée pour agir sur l’égalité entre les hommes et les femmes (en permettant une réduction du temps partiel subi, postes à temps partiel occupés à 80% par les femmes).

Pour Andreas LILL, directeur général de la FENI (Fédération Européenne du Nettoyage Industriel), 80% des prestations sont réalisées en journée dans les pays nordiques. Donc c’est possible, même s’il faut reconnaître que dans les autres pays, notamment les pays latins, cette organisation est minoritaire.

Les tables rondes ont été l’occasion pour les membres du groupe territorial de partager leur expérience, entre volonté, réussites, résistances. Illustrations :

• A l’occasion d’un déménagement dans de nouveaux locaux en 2012, la DIRECCTE a ainsi mis en œuvre de l’intervention en journée. Quelques réticences initiales ont disparu très rapidement après un peu de pédagogie !

• Sur 4 des sites de la Préfecture, les agents de propreté interviennent à partir de 16h30/17h : ils croisent donc déjà les occupants. L’objectif maintenant est de voir comment avancer l’heure de prise de poste pour permettre aux agents de pouvoir terminer à l’heure où certains d’entre eux ont des enfants à récupérer à la sortie des activités périscolaires.

• Différentes directions gèrent la propreté au sein de la Ville de Dijon. Une partie est effectuée en régie avec 50 agents. Ceux-ci travaillent depuis une dizaine d’année en journée. Ils ont le choix entre 6 plages de travail. Quelques-uns souhaitent toutefois continuer à travailler tôt le matin, en horaire décalé. Avec les prestataires extérieurs, les interventions se font en continu, sur le début de matinée (jusqu’à 9 ou 10h). Pour évoluer vers des horaires plus « tardifs », il y a nécessité de réfléchir en préalable sur la nouvelle organisation du travail, le cahier des charges, et d’intégrer pour cela les usagers dans la réflexion.

• GSF Orion, a étudié avec son client, le groupe La Poste la possibilité d’une nouvelle organisation. A savoir, le passage de 2 heures de prestation le matin et 2 heures le soir à 4 heures en continu, en journée. Les 3 salariés concernés, qui ont été interrogés, ont adhéré à la démarche qui améliore concrètement leurs conditions de travail et leur vie quotidienne. En complément, un document commun pour expliquer les bienfaits du passage en journée pour toutes les parties concernées a été produit par les 2 partenaires, puis diffusé aux occupants. Cependant, quelques retours de directeurs qui remettent en cause la pertinence de cette nouvelle organisation incitent La Poste à poursuivre l’explication et à décaler de deux mois le changement effectif d’organisation qui devrait avoir lieu à l’automne 2017.

En écho à cette réticence, plusieurs personnes ont témoigné du frein culturel lié à ce changement que certains n’imaginent ni souhaitable, ni faisable. Dans les même temps, les entreprises de propreté ont rappelé que le morcellement du travail de leurs agents est un frein au recrutement, auquel ils sont confrontés au quotidien.

Il reste donc encore du travail pour continuer à convaincre, diffuser, partager les expériences comme l’a relevé Yves GOURLET, le représentant de la FEP Grand Est. C’est ce à quoi va s’atteler le groupe territorial dès la rentrée. Avec comme l’a proposé Sabine HERRGOTT, déléguée régionale du Fare propreté la possibilité de mettre en place dès la rentrée un second accompagnement collectif, pour continuer concrètement à élargir le cercle des sites nettoyés en journée sur le territoire.

Cette initiative bourguignonne croise celle d’autres territoires et collectivités dont une partie sont des adhérents de l’association Tempo Territorial, à l’image de La Communauté Urbaine de Strasbourg, représentée par sa chargée de mission « politiques temporelle », Marie JACQUIN PAVARD. Celle-ci a témoigné de l’engagement sur le sujet du territoire alsacien, en rappelant que le travail en journée est également l’occasion d’interroger la valeur sociale créée par les agents, dont le travail est trop souvent peu considéré. Un écho aux portraits des « agents de lumière » affichés à l’entrée de la salle.