La propreté en quelques chiffres.

  • 32 047 entreprises (avec les auto-entrepreneurs, au 01/01/2013)
  • 12,25 milliards d’euros de chiffre d’affaires (2012)
  • 472 324 salariés (2013)
  • 34 % des effectifs en Ile-de-France, 10 % en Rhône-Alpes, 8 % en PACA
  • 67 % de femmes
  • Près de 80 % de CDI
  • 50 % des salariés ont 45 ans ou plus
  • 9 % de moins de 26 ans • 29 % des salariés de nationalité étrangère
  • 75 % des contrats sont à temps partiels
  • Près de 60 % de salariés sans diplôme de formation initiale
  • +2,3 % au dessus du Smic pour le salaire minimum conventionnel en 2014

Propreté ? Pensez services associés !

Des besoins, des tâches que personne n’assure ? Envie de limiter le nombre de prestataires présents sur votre site ? Le secteur de la propreté s’est organisé pour y répondre, en définissant une gamme de services pouvant être associés aux prestations initiales de mise en propreté.

Des classifications ont été définies dans le cadre de la convention collective, complétées par des qualifications et des offres de formation de façon à garantir la qualité de la prestation.

Les services associés s’organisent autour de trois dimensions :

  • les services au bâtiment : entretien d’espaces verts
, maintenance technique de niveau 1 et 2 (système climatique, plomberie, huisseries, électricité)
, manutention au sein d’un site (transports, déménagements internes etc.
  • A l’occupant : services de confort de vie à l’usager (fontaines à eau, entretien des plantes)
, gestion des approvisionnements, stockage, archivage, destruction de documents, courses, transport hors site., etc.
  • Aux procédés. Maintenance technique niveau 1 et 2 (machines), mise en oeuvre de procédés sur instruction (montage, démontage, contrôle, tenue de magasin (entrées, rangements, sorties), etc.

Par ailleurs, certaines entreprises de propreté développent d’autres services par l’intermédiaire de filiales,
sécurité, accueil, intérim, restauration.

La propreté est un secteur d’intégration professionnelle, qui offre des débouchés à des personnes sans qualification initiale.

  • En 2012, les entreprises ont recruté 20 000 personnes sur des besoins pérennes (en CDI, sur des temps hebdomadaires supérieurs à un mi-temps)
  • Le secteur compte 57,5% de personnes ayant au plus un brevet des collèges
  • Chaque année entre 15 et 20% des salariés accède à une formation continue

Données issues du rapport FEP 2009 : chiffres clefs 2014